Example French Essay

Quels sont les facteurs de la montée du Front National et de son succès aux élections présidentielles en 2002?

Apres les élections présidentielles de 2002 et la nomination de Jean-Marie Le Pen, leader du Front National, au premier tour le 21 avril, la France fut jetée en confusion. Personne, il est vrai, ne s'y attendait, mais vu de recul cette victoire partielle peut être expliquée par nombreux facteurs a la fois psychologiques, politiques et sociaux.

1. Le nombre de candidats pour la présidence

Un incroyable total de seize candidats se sont présentés aux élections de 2002 ! Un choix extensif comme certains pourraient penser, trop extensif pensent d'autres. Tout le monde pensait que, comme tous les ans, Jacques Chirac le président actuel et Lionel Jospin le Premier Ministre l'époque, se retrouvèrent face face au deuxième tour. Les deux partis vivaient en co-habitation dans le gouvernement depuis quelques années déj. ça allait être la bataille du siècle. Mais la Gauche était fragmentée en de nombreux petits partis (l'extrême gauche, les écologistes, la nouvelle gauche), la fragilisant vis--vis des autres partis. Les Franais, désillusionnés face cette gauche divisée, se tournèrent vers les seules alternatives qui leur parurent plausible ; la droite, l'extrême droite ou l'abstentionnisme. Le Front National reu 11,75% des votes mais l'électorat lui-même est pensé monter jusqu' 16%. Le taux de voteurs pour le parti n'a jamais été aussi élevé, et cette manifestation du pouvoir de l'électorat fut un réveil alarmiste pour les partis divisés de la gauche socialiste.

2. Le taux d'abstention

Il est pensé que ce fut, en plus du grand nombre de candidats, le large taux d'abstention qui coûta sa place aux deuxième tour au premier ministre Lionel Jospin. Il renona d'ailleurs la position de 'leader' de la gauche socialiste après cette défaite, si humiliante pour son parti et si inattendue. Etre battu par un pourcentage si faible fut pris comme un vote de non-confiance en son parti. Il est vrai que, les Franais originalement de gauche qui s'étaient abstenus de voter au premier tour en proteste, se rassemblèrent vite au second et votèrent en masse pour Chirac par peur de la très réelle montée de l'extrême droite en France. Mais le mal, malheureusement, avaient déj été fait. Il est aussi pensé que la hausse du taux d'abstention est lié la montée des théories anarchistes venue d'Espagne et de Corse, mais ceci n'est qu'un spéculation pour tenter d'expliquer le graduel désillusionnement des Franais. Les abstentionnistes furent appelés voter en masse au deuxième tour pour éliminer toute chance qu'avait Le Pen d'accéder la présidence, aussi improbable soit-elle.

3. L'insécurité, la violence et le chaumage en France

L'agenda politique en France en 2002 fut également crucial pour déterminer du futur

Président de la République. L'insécurité face la menace terroriste que provoqua le 11 septembre, la violence urbaine et la hausse du chaumage en France poussèrent une population vieillissante se confier un homme contre l'immigration massive et l'intégration raciale. Le Pen est connu pour ses propos anti-sémite, en particulier l'affirmation que 'l'immigration de mass est le pire danger nous avons jamais rencontré en histoire'. L'influx d'immigrants de partout dans le monde en France, un pays réputé pour sa solidarité vis--vis de réfugiés politiques, est pensé être une des causes directes de la montée du chaumage dans l'hexagone. Dans ce contexte la sympathie pour les causes de Le Pen est évidente. Similairement, la violence dans les banlieues de Paris est des autres grandes villes franaises comme Marseille et Lille est pensé être également lié l'immigration et la montée de jeunes auxquelles les valeurs franaises n'ont pas encore été inculquées.

4. La popularité de la fille de Le Pen

Le charisme de la fille de Le Pen, Marine, une avocate de 34 ans, est également pensé avoir eu un effet non négligeable sur le succès du Front National aux élections de 2002. Elle fut intégrée en tant que membre du parti après son succès aux élections régionales. En avril 2003 Jean-Marie Le Pen nomma sa fille une des cinq vice-présidents de Front National. Il est pensé que cette démarche fut une man-uvre pour baisser l'influence de Bruno Gollnisch qui se positionnait pour remplacer Le Pen quand il prendra éventuellement sa retraite. Ce transfert de pouvoir ressemble beaucoup au transfert de pouvoir comme dans une monarchie. Cependant, l'influence de Marine Le Pen sur le succès du parti est passé pré dater les élections. En tant que femme, elle inspira confiance l'électorat féminin qui, jusqu'alors, ne représentant qu'un minime pourcentage du parti. Elle est devenu un personnage médiatique apparaissant régulièrement la télévision nationale pour défendre les idées de son père. La stratégie du parti vers le recrutement d'un plus jeune électorat fut aussi favoriser par ses apparitions publiques.

Heureusement, Le Pen fut battu en masse par Jacques Chirac au deuxième tour le 5 mai, mais le choc de ce premier tour perdure. Les Franais, par contre, n'hésitèrent pas exprimer leur déception avoir été forcé voter pour un président qui, peut-être, n'aurait pas gagné si Lionel Jospin était passé au premier tour. Comme le dit Le Québécois Libre, 'Dans cet affrontement entre les candidats dits  de droite  et  d'extrême droite  (les deux offrant toutefois des programmes largement étatistes), quelle est la meilleure conduite adopter pour faire avancer la liberté ?' Ce quoi nous faisons face maintenant est une stratégie de diabolisation du Front National initiée par les socialistes et la droite luttant contre une stratégie de normalisation de leur parti dirigée par le Front National avec Marine Le Pen en tête.